Les fantômes de Main Street : les esprits sont de sortie !

Publié le 28 octobre 2016
Chef Pierre Potiron

Dans le cadre du Festival Halloween Disney du 1er octobre au 2 novembre 2016

Au balcon de City Hall (la mairie), Monsieur le Maire Murphy nous adresse un petit salut cordial tandis que nous passons devant le banc où sont assis le poète Hippolyte et sa grand-mère Yiayia. Ces noms ne vous disent rien ? Ce ne sont pas ceux des héros du prochain Disney de Noël mais bien de quelques-uns des facétieux fantômes qui peuplent Main Street, U.S.A.® au moment de Halloween.

The Poet Hippolyte and his grandma YiayiaChaque fantômea un nom et un caractère uniques

Chaque année à l’automne, une trentaine de fantômes envahit ainsi la rue à l’entrée du Parc Disneyland®, qui à la balustrade d’une maison, qui devant la porte d’un café ou près de la vitrine d’une boutique. Les visiteurs peuvent se prendre en photo et s’immortaliser à leurs côtés (eux, le sont déjà, immortels !). On les entend même chantonner, gargouiller, marmonner… tout au long de Main Street, U.S.A.

Nous rejoignons Emmanuel Lenormand, Metteur en Scène, sur Town Square. Il connaît tous leurs secrets. « Halloween, c’est un jeu d’équilibre toujours délicat entre frissons de joie et d’effroi et nos fantômes font clairement pencher la balance du côté du fun ». Chacun est doté d’une identité et d’un caractère propres qui tient compte de l’endroit où il est installé. « Par exemple, peu de gens remarquent au-dessus de la boutique Ribbons and Bows Hat Shop qu’il y a un cabinet de dentiste. C’est pour cela qu’au pied, nous avons installé ce pauvre Thomas Malodent qui se plaint d’une terrible rage de dents ! Il y a un siècle, les salons de thé étaient l’un des rares endroits où les jeunes gens pouvaient flirter librement. C’est ainsi que Félicité Farfelue et son fiancé Ferdinand ont pris place au-dessus de l’enseigne de The Gibson Girl Ice Cream Parlour ! ».
Felicity Flibbertigibbet and her fiancé Ferdinand - Gibson Ice Cream Parlour

Des fantômes qui ont toujours été présents… à l’insu des visiteurs

Les visiteurs peuvent ainsi redécouvrir Main Street, U.S.A. d’un œil nouveau… s’ils le désirent. « Ce n’est jamais trop explicite, nous cherchons avant tout à divertir mais nous tenons bien entendu compte de l’histoire du lieu pour écrire la nôtre ». Il y a quelques années, des hommes-citrouilles envahissaient le Parc Disneyland au moment d’Halloween. En 2012, pour l’année du 20e Anniversaire, les équipes Spectacles ont voulu écrire un nouveau chapitre. C’est ainsi que les fantômes sont arrivés en ville ! « Plus exactement, nous pensons qu’ils ont toujours vécu et travaillé ici… mais nous l’ignorions : rien de plus facile que de passer inaperçu quand on est un fantôme ! »  précise Emmanuel en passant devant la frêle Mlle Pâlotte Penicott et ses caniches. « Une fois la rue libérée par les hommes-citrouilles, ils en ont pris possession ! ».

Miss Pallid Penicott and her poodles
Certains portent des noms qui les mettent directement en résonance avec les visiteurs de différents pays, comme Salvador, l’artiste-peintre (un évident hommage à Salvador Dalí) ou le très français chef Pierre Potiron !  Et au fil du temps, l’histoire s’enrichit. « Initialement, ils étaient installés en hauteur, à l’étage, peut-être encore un peu timides. Il fallait lever la tête pour les voir. Nous les avons invités à descendre au niveau du trottoir : on peut être un fantôme et apprécier les selfies avec les visiteurs ! ».
Salvador the portrait painter

Après 5 années, à quoi aspirent désormais ces esprits ? À cette question, Emmanuel se fait soudain aussi mystérieux… qu’un fantôme. Dans tous les cas, les fantômes de Main Street, c’est maintenant ou jamais ! Après le 2 novembre il sera trop tard !

 

Haut de page